Fermer

Lexique de coutellerie

Comme tout hobby et toute profession, la coutellerie a son langage, ses termes.

Petite lexique des termes plus ou moins bizarres utilisés… Histoire que l’on se comprenne bien.

Alliage : acier composé de plusieurs minerais comme le fer, le carbone, le chrome, le molybdène et le vanadium pour l’acier de coutellerie.

Acier bruni : pour les aciers carbonés on peut les noircir avec des produits acides (vinaigre, jus citron, acide, etc …). Cependant sur l’inox ça ne marche pas (pour les mêmes raisons que la rouille). Pour obtenir un effet bruni, la lame est passée au chalumeau avant la trempe pour la noircir. Cependant attention au lavage : un essuyage trop prononcé et agressif le fera disparaitre.

Acier carboné : Vulgairement acier qui rouille, mais de grande qualité cependant. Les aciers carbonés avec de haute teneur en carbone, en opposition des aciers inoxydables, sont souvent plus faciles à affuter.

Acier inoxydable ou inox : lors de la fabrication de ces types d’alliages, du chrome y est apporté. L’avantage du chrome : il casse la liaison des atomes d’oxygène et de fer (oxyde de fer = rouille). On obtient donc un acier inoxydable. Cependant ces types d’aciers ont des teneurs en carbone un peu moins importantes que les aciers carbonés, donc l’affutage doit être plus régulier et minutieux.

Pour faire court on ne peut pas tout avoir : soit ça ne rouille pas et l’affutage est plus délicat, soit ça rouille et l’affutage est plus facile !

Aubier : partie extérieure de l’arbre proche de l’écorce. Certaines essences ont des aubiers de couleur différente du cœur comme le cocobolo : rouge à cœur et aubier blanc ou comme le ziricote : gris très foncé à cœur et aubier gris très clair.

Backstand : grande ponceuse de coutelier muni de bande circulaire de 2 mètres de diamètre.

Encablure : Démarrage de l’émouture en jonction avec le ricasso. Elle peut être droite, oblique ou en arc de cercle.

Emouture : partie de la lame qui s’amincit et se termine par le fil du couteau qui doit être aiguisé, et lui seul doit l’être afin d’éviter les rayures sur l’émouture.

Echauffure (bois échauffé) : certaines essences (comme le hêtre et le bouleau) ont la particularité d’avoir des veines dures et des veines tendres. Lorsque l’on laisse le bois trainer par terre en sous-bois les champignons commencent à « grignoter » les veines tendres et laissent un marquage noir sur le bois : c’est une échauffure. Une fois séché, les champignons meurent et laissent les traces noires.

Faux tranchant : sur le dos de la pointe du couteau, on peut amorcer un début de tranchant. On appelle cela le faux tranchant. Ce n’est qu’une caractéristique esthétique qui confère une agressivité supplémentaire notamment sur les clip points (forme du couteau de Rambo).

Guillochage : petit usinage fait grâce à des limes aiguilles (rondes, plates ou en triangle) que l’on retrouve sur les ressorts et faux ressorts de pliants ou sur le dos des lames de fixes. Le guillochage n’a pas de fonction, il est purement décoratif. Il fait quand même office de grip lorsque l’on pose son index sur le dos de la lame.

Métaux non ferreux : comme son nom l’indique métaux sans atomes de fer comme l’aluminium, le laiton, le bronze, le cuivre, etc … Souvent utilisés pour les mitres, les rivets et axes ou les platines de pliants.

Mitre : Partie avant du manche, qui peut être en matériaux non ferreux par exemple. Je les propose généralement en bois ou corne pour alléger au maximum mes pièces.

Loupe : lorsqu’un arbre subit une forte agression extérieure comme des piqûres d’insectes, attaque de champignons, grosse période de gel, gros stress hydrique (sécheresse importante), maladie virale ou bactérienne… le bois se défend et son cerclage et ses nervures se déforment. Apparaissent à la coupe des textures assez bizarres mais très jolies et singulières.

Platine : partie métallique ou ferreuse (laiton ou aluminium) plate sur les couteaux pliants de chaque côté de la lame quand celui-ci est refermé.

Pointe : pas besoin de définition pour trouver la pointe d’un couteau. Cependant elle peut avoir plein de formes différentes : clip point, dop point, tanto, droite, pan cassé, etc …

Pommeau : partie arrière du manche que l’on peut faire en acier ou en métal non ferreux pour faire contrepoids pour les pièces lourdes afin d’en assurer l’équilibre.

Recuit : Une fois la trempe faite, nous nous retrouvons avec un acier durci. Tellement dur parfois qu’il est très cassant un peu comme les râpes et les limes. Pour réduire cela, on effectue un recuit, c’est-à-dire une cuisson à 180°C, généralement pendant plusieurs heures, pour libérer les tensions dans l’acier dues à la trempe sans pour autant altérer sa dureté.

Ressort : Partie métallique sur le dos du manche des couteaux pliants qui permet le blocage de la lame une fois celui-ci ouvert. Il est souvent décoré par un guillochage ou muni d’une abeille pour une célèbre marque de couteau usurpée par les chinois. On parle de faux ressort pour le liner lock qui sert pour le coup plus de butée à l’ouverture.

Ricasso : Partie à la base de la lame entre le début de l’émouture et le manche. Le ricasso peut être habillé comme le faisaient les forgerons japonais sur leurs armes de guerre pour les bloquer dans leur fourreau. On parle alors de habaki.

Ronce : certaines espèces d’arbres développent au pied de leur tronc des protubérances, un peu comme des rejets. A la coupe les nervures et textures sont d’une beauté particulière. On retrouve cette particularité sur le thuya ou le noyer notamment.

Soie : partie dans le prolongement de la lame qui rentre dans le manche. Elle peut être définie de deux façons :

  • la soie apparente ou traversante : que l’on voit donc avec des plaquettes de chaque côté qui compose le manche
  • la soie traversante ou postiche ou cachée : que l’on ne voit donc pas et qui est à l’intérieur du manche jusque l’extrémité du manche pour des raisons de solidité

Trempe : Processus de durcissement d’un alliage par une chauffe à très haute température et un refroidissement brutal dans une huile spéciale. L’opération consiste à resserrer la liaison des atomes de fer et de carbone. Ce traitement confère à la lame une dureté plus importante de l’acier et donc un tranchant plus durable.

Dernières créations de couteaux artisanaux

Rouz Boutou, set exotique et platane

120,00 EUR

Pliant friction plume paon, résine et bois

180,00 EUR

Couteau table prunier, cocobolo et bouleau

100,00 EUR

Pliant cran forcé genévrier et résine

180,00 EUR

La boutique

Packaging "coffret" disponible !

Disponible en une, deux et six pièces pour les formats couteaux de table et pliants / en une pièce seulement pour les formats couteaux de cuisine.
Boîtes en hêtre fabriquées en France par la Boissellerie Brissay (63).
Pour les achats en coffret et ménagère (ex : ménagère 6 ou 2 pièces du Rocher), les coffrets sont déjà inclus dans le prix (choisissez le "packaging classique" au moment de la finalisation de votre commande).

Les manches

En savoir plus

Les modèles

En savoir plus

Les lames

En savoir plus